Là où tu es

Chapitre 3


TROIS VOEUX

 

 

Quand tu veux quelque chose, tout l'Univers conspire à te permettre de réaliser ton désir.

 

Paulo Coelho

 

 

 

Et tu découvres dans le sable du cahier,

Fouillant les symptômes de ma calligraphie,

Les lettres égarées qui ont cherché ta bouche.

 

Pablo Neruda

 

 

 

 

 

Tous les jours, Charlie se creusait la tête à la recherche de n’importe quel prétexte pour faire quelque chose avec Mina en dehors du cadre du boulot. Par exemple, il organisait une soirée chez lui avec des amis communs en l’invitant à venir aussi mais à chaque fois, elle se décommandait à la dernière minute. Ou il tentait de la convaincre de sortir voir un film ensemble mais en vain. Ou il lui parlait d’un nouveau restau sympa mais elle n’était jamais libre quand il lui proposait une date. Le pire, c’est qu’elle semblait vraiment désireuse de répondre à ses invitations quand il lui en parlait. Mais quelle qu’en soit la raison, il y avait toujours un contretemps qui faisait que tout était repoussé et la plupart du temps, finalement annulé.

 

Charlie en ressentait de nombreuses frustrations. Il lui arriva même une fois d’envoyer un mot furieux à Mina alors qu’elle lui avait posé une fois de plus un lapin. Elle vint le voir, livide et tendue, pour lui demander le pourquoi d’une telle agressivité et pour lui signifier qu’elle pouvait, comme tout le monde, avoir des contraintes qui de plus ne regardaient personne, et sûrement pas lui. Il en fut mortifié, non seulement de l’avoir poussée à bout, mais aussi de ne pas avoir pensé une seconde qu’il ne s’agissait pas, de la part de Mina, d’une attitude de rejet délibérée mais juste d’une simple désorganisation chronique de sa part. Il lui présenta maladroitement toutes ses excuses et laissa passer plusieurs semaines avant de pouvoir lui reparler de façon détendue.

 

Un jour, pour lui montrer que cet incident était définitivement clos, il lui envoya un mail dans lequel il réussit à lui montrer, avec douceur et humour, à la fois qu’il la comprenait et ce qu’il ressentait.

 

 

De : Charlie

A : Mina

Objet : Trois vœux

 

Chère Mina,

 

Cette nuit, j’ai fait un rêve étrange. Tu n’étais pas directement dedans et pourtant tu y jouais un rôle important alors je te le raconte...

 

Je marche sur une grande plage déserte, le long de la mer, on dirait que c’est celle de l’Espiguette, près du Grau du Roi. Le soir est en train de tomber, l’air est doux, il fait beau, on n’entend que le bruit du ressac et quelques cris de mouettes. Il n’y a personne d’autre que moi...

 

A un moment, je vois un drôle de truc à moitié enfoui dans le sable. Je m’approche, je me baisse, j’écarte un peu le sable. Tiens ? C’est une grosse lampe-torche étanche, le genre de modèle qu’on utilise pour faire de la plongée. Je me dis que sans doute quelqu’un l’a perdue au large.

 

Je la ramasse pour voir si elle marche encore, ah oui, elle s’allume, yes. Alors, je frotte un peu le sable et là – shazaam – elle se met à vibrer dans ma main, une espèce de brume s’en échappe et tout d’un coup, un gros génie bleu comme celui du dessin animé Aladdin-avec-deux-D sort de la lampe ! D’accord, les génies ça n’existe pas mais moi je ne sais pas encore que je rêve alors de surprise, je lâche la lampe et je me dis oh chitte et feuque, keskeussékeusseumonstre.

 

Le génie se met à tousser, s’étire, regarde autour de lui et finit par me remarquer. Il me dit :

« Ah, c’est toi qui m’as réveillé ! C’est pas trop tôt, ça fait 8243 ans que j’attends là-dedans !

- Dans une lampe-torche ? 8243 ans et tu étais dans une lampe à piles ???, ne puis-je m’empêcher de lui répondre (n’oublions pas que je suis un ingénieur de haut niveau).

- Hé, ho, l’autre ! Me prends pas pour un débile ! Je sais bien que ça n’existait pas les lampes à piles il y a 8243 ans. Et pis d’abord, au début, c’était une lampe à huile comme tout le monde mais je te ferai dire que les lampes à génie, c’est comme ça, ça change avec les années qui passent. Et de toute façon, qu’est-ce que ça peut bien te faire, le modèle de lampe que j’utilise ? Tu vois un génie surgir devant toi et tout ce que tu trouves à dire, c’est que ma lampe te semble trop moderne ?

- Euh, désolé, mais c’est vrai que je n’ai pas trop l’habitude de voir des génies. Et, euh, hum, alors comme ça, euh, tu es vraiment un, euh, vrai génie ?

- Comment ça, un vrai génie ? Bien sûr que je suis un vrai génie ! Tu ne vois pas que je suis tout bleu, que je mesure plus de 2 mètres et qu’en plus je viens de sortir d’une ridicule lampe-torche au milieu d’une plage déserte ? Ben, qu’est-ce qu’il te faut ! Tiens, d’ailleurs, je vais te montrer que je suis un vrai génie. Vas-y, fais trois vœux et je les exaucerai !

- Ah ouais ? Sans rire ? Trop cool ! Je peux te demander n’importe quoi ?

- Attends, attends, t’excite pas trop ! Pas la peine de me demander la paix dans le monde ou l’amour universel ou des conneries comme ça ! Ca, je peux pas... Je suis un vrai génie mais je ne suis pas Dieu non plus, hein ? Tout juste un honnête génie échelon 2B, ni plus ni moins. Et puis bon, tu as vu ma lampe, c’est quand même pas un lampadaire en cristal de chez Tiffany’s, c’est juste une lampe à piles pour faire de la plongée, alors, bon, vrai génie oui, mais tout-puissant c’est exagéré. Bon, en fait, tes vœux doivent être des choses qui pourraient vraiment arriver dans la vie normale si les circonstances s’y prêtaient, tu vois ce que je veux dire ? Genre, la vie immortelle c’est non mais gagner au loto ça je peux. Tu captes ?

- Oui, ah oui, je vois, okédacor. Euh, laisse-moi un peu réfléchir, enfin je veux dire c’est pas mon premier vœu que tu me laisses un peu réfléchir, juste qu’il faut que j’y pense un peu parce que bon, trois vœux c’est déjà beaucoup mais c’est pas grand chose non plus, faut pas se planter.

- C’est bon, vas-y, mais j’aimerais bien qu’on n’y passe pas la nuit non plus parce que là, on est tout près de Palavas et de la Grande-Motte et les boîtes de nuit vont ouvrir dans pas très longtemps alors maintenant que je suis dehors, j’irais bien, euh, hum, décompresser si tu vois ce que je veux dire, hé, hé ! »

 

Et sur ce, il s’allume une clope et il consulte ses sms pendant que je réfléchis. Bon, qu’est-ce que je pourrais bien lui demander... J’ai partagé la vie de femmes adorables, douces, belles, intelligentes, sensibles et même si je vis seul aujourd’hui, certaines sont toujours mes amies. Je suis entouré de gens qui m’aiment, que je vois souvent et sur qui je peux compter à chaque fois que j’en ai besoin. J’ai une santé inusable, je sais à peine à quoi ressemble un médecin. La belle maison, j’ai déjà aussi, elle me plait comme elle est, ni trop petite ni trop grande, jolie, confortable, ça va. Les vacances de rêve ? Non, pas besoin d’un génie pour ça non plus, je m’en offre à chaque fois que je veux. Gagner au loto ? Composer le tube du siècle ? Franchement, je m’en tape, je ne cherche pas à être riche et fameux, je veux juste être heureux. Alors c’est quoi ce qui me manque le plus ?

 

Oui, ça y est, je sais...

 

« Génie, voici mon premier vœu. Tu sais, à mon travail, il y a cette personne que je trouve magique. Elle s’appelle Mina, je crois que j’ai dû la connaître dans une vie antérieure tellement je me sens vibrer de partout à chaque fois que je la vois. Si ça se trouve, elle était Héloïse quand j’étais Abelard, Virginie quand j’étais Paul, Roméo quand j’étais Juliette, et...

- Oh, Juliette, épargne-moi tes salades romantiques à deux balles, d’accord ? Dis-moi juste ton vœu, OK ?

- Euh oui, oui, j’y viens. Bon, bref, elle, elle ne doit pas se souvenir des mêmes trucs que moi parce que moi, par contre, je ne lui fais rien du tout comme effet et donc, je me demandais si tu pourrais...

- Stop ! Je t’arrête ! Tu ne vas quand même pas me demander de la rendre amoureuse de toi, j’espère ? Parce que ça, c’est non, je peux pas !

- Mais non, pas du tout ! Si un jour elle éprouvait de l’amour pour moi, je trouverais complètement nul que ce soit à cause d’un génie, sauf ton respect ! Si un jour elle m’aimait, je voudrais que ce soit uniquement parce qu’elle le ressent par elle-même. Et ça je sais que ce n’est pas le cas, mais alors pas du tout. Non, ce n’est pas ça mon premier vœu.

- Accouche, mec, c’est quoi ?

- Voilà, voilà. Quand je la vois le matin, des fois elle est toute heureuse et souriante quand on se dit bonjour mais des fois, son visage est fermé, elle me regarde à peine, elle me dit tout juste bonjour comme si elle était forcée et elle s’échappe le plus vite possible et si elle voit un autre de ses amis, elle reprend son sourire éclatant et elle a envie de lui raconter plein de trucs alors ce n’est pas qu’elle est dans un mauvais jour, tu comprends ? Sinon, elle garderait son visage fermé même pour les autres mais là, j’ai l’impression qu’elle ne fait ça qu’avec moi. C’est parce que des fois elle se sent gênée de me voir, sans doute parce que je lui ai dit un truc de trop la veille ou parce qu’elle se dit que si elle me sourit ça va me faire fantasmer comme un malade ou parce qu’elle voit dans mon regard tout mon cœur qui déborde ou...

- Ton vœu !!!

- Euh, oui. Mon premier vœu... Mon premier vœu, c’est que Mina soit heureuse de me voir tous les jours, qu’elle ait envie de me parler, de me raconter le dernier truc qui lui est passé par la tête ou qui lui est arrivé, bref qu’elle me montre qu’elle me voit comme un ami. Tu peux le faire, ça ?

- Fastoche. Shazam. Exaucé. Deuxième vœu ? »

 

Deuxième vœu, deuxième vœu... Monter un club de loisirs à Bora-Bora ? Faire un gîte dans les Cévennes ? Visiter la maison natale d’Audrey Tautou à Domérat ? Ecrire un roman ? Réaliser un film ? Me remettre à fond au piano ? Non, non, ça ne me turlupine pas sérieusement, tout ça. Il faut que je demande un truc qui me manque vraiment, le reste c’est pas important... Mmmmhh...

 

« Génie ? Ca y est, je suis décidé.

- Je t’écoute.

- Ben, tu vas rire, c’est toujours à propos de Mina. Des fois, je lui propose de faire un truc ensemble, genre lui faire découvrir un restau, ou aller à la piscine, ou faire de la plongée, ou venir manger à la maison, mais bon, rien d’ambigu ou d’impressionnant puisque je lui dis aussi qu’elle peut amener qui elle veut, d’autres copains, tout ça, tu vois ?

- Fascinant. Et alors ?

- Souvent, elle me dit que oui, ça lui plairait bien. Et tu sais, ça a l’air sincère, ça lui plait vraiment comme idée, mais quand je lui propose une date, ça va pas, alors je lui en propose une autre et ça va pas, alors encore une autre et je vois qu’elle a l’air de plus en plus embêtée parce que ça va toujours pas et elle finit par espérer que je ne vais plus lui en parler tellement ça la gêne que ça n’aille pas ou parce que, finalement, elle n’en a plus envie du tout. Et après, elle m’évite pendant des jours et des jours mais ça, c’est réglé maintenant, grâce au premier vœu ça ne devrait plus arriver.

- C’est quoi ton problème, mec ? Tu as mauvaise haleine ?

- Non, non, je sais qu’elle est comme ça avec d’autres copains à elle qui lui proposent aussi des trucs à faire, parce que quand je leur en ai parlé, ils m’ont dit que pour eux c’était pareil alors je ne fais pas de parano là-dessus, c’est rien contre moi, c’est juste qu’elle est comme ça, parce qu’elle a plein de copains et qu’elle est gentille avec tout le monde. Mais c’est vrai que c’est un peu déprimant, à force, de voir qu’on passe toujours après tous les autres plans qu’elle a prévus. Depuis un an, je ne suis arrivé qu’une seule fois à la faire venir à un truc avec moi, c’était pour aller voir pendant toute un après-midi des pièces de théâtre au festival off d’Avignon et qu’est-ce que c’était cool mais bon, je ne vais quand même pas attendre le prochain festival d’Avignon pour pouvoir la revoir en dehors du boulot. En plus, je crois que ça doit la rendre un petit peu malheureuse de se retrouver à toujours dire non à des trucs qui lui plairaient et de voir au bout d’un moment qu’on ne lui en parle plus même si ça la soulage de ne plus avoir à dire non mais que quand même ça lui aurait bien plu de le faire euh tu me suis toujours là ?

- Tu veux bien me faire la version courte ? Je vais pas tarder à y aller, moi.

- Oui, j’y arrive. Mon deuxième vœu, c’est que la prochaine fois que Mina dira oui à un plan que je lui propose, ce soit elle qui me relance pour me proposer une date.

- Ouh la. Ouh la la. Ca va être plus dur, ça. Beaucoup, beaucoup plus dur. Tu sais, les filles... Bon, laisse-moi me concentrer. »

 

Le génie pose ses mains sur ses tempes. Il ferme les yeux, il fronce les sourcils. Il se met à marmonner un truc inaudible, des grosses gouttes de transpiration commencent à couler de son front, de la fumée sort de ses oreilles, sa peau passe de bleu clair à bleu foncé, ça dure, ça dure, il semble à deux doigts de l’épuisement ou de l’explosion et tout-à-coup, il pousse un grand cri en levant ses poings vers le ciel !!!

 

« Hayaaaaaaa !!!!!! Yes !!!! Pfff, eh ben dis donc, il était pas facile, celui-là !... Mais ça y est, ton vœu est exaucé ! Par contre je te garantis pas que ça marchera à tous les coups mais quand même, tu devrais voir un mieux.

- Merci, génie. Tu sais, si déjà ça marchait plus souvent qu’une fois par an, je serais super heureux !

- Bon, il t’en faut pas beaucoup, tant mieux pour toi. Allez, plus qu’un vœu et après je me barre. J’ai un pote génie qui vient de m’envoyer un sms, il m’attend au Macumba, il a repéré des meufs top canon, des missiles de chez missiles, mais faudrait pas que je tarde sinon je vais encore finir tricard, tu sais ce que c’est.

- Ah bon ? Les génies aussi ?

- M’en parle pas. Alors ? »

 

Gasp.

 

Déjà le troisième vœu.

 

C’est peut-être ma dernière chance de devenir propriétaire d’une réserve d’animaux en Afrique ou danseur étoile à Bali ou, tiens pourquoi pas, violoncelliste à Arcachon.

 

Faut que je me décide.

 

« Génie ?

- Allez, lance-toi. Etonne-moi, choisis un vœu qui ne soit pas pour ta Mina, là.

- Génie, désolé de ne pas te surprendre mais mon troisième vœu concerne aussi Mina. Par contre, cette fois-ci, il ne me concerne pas moi, sauf si mes deux premiers vœux réussissent au-delà de mes espérances.

- Comme c’est beau, je vais écraser une larme, vite un mouchoir, raconte-moi ça, j’en peux plus.

- Mina aime bien fumer. Un jour, ça risque de la rendre très malade.

- Attends, tu vas griller ton dernier vœu juste pour me demander de la faire arrêter de fumer ?

- Non, non, c’est pas ça. Après tout, elle peut aussi bien être très malade un jour sans que les clopes y soient pour quelque chose. Je voulais juste dire, si elle se retrouve clouée au lit pendant des semaines ou des mois...

- Tu veux lancer une grande chaîne de solidarité sur Internet « Tous avec Mina » ?

- Très drôle, mais non. Voici mon dernier vœu. Je voudrais que si ça lui arrive, tous ses amis se relaient pour la voir, pour la distraire, pour la cajoler, pour la faire rire, pour lui faire connaître des moments si agréables que lorsqu’elle sera devenue une arrière-grand-mère heureuse, elle repensera encore avec plaisir à ce moment qui aurait pu être le plus sombre de sa vie. »

 

Le génie reste un long moment silencieux en me regardant d’un air pensif. Et puis il finit par me dire :

 

« Tu es un drôle de mec, tu sais. Je crois que c’est la première fois que j’offre trois vœux à quelqu’un qui n’en garde aucun pour lui. Je me demande pourquoi cette Mina ne t’aim... euh, non, rien... »

 

Il regarde vers le large. La nuit est tombée. On voit à l’horizon les lumières d’un bateau. Et puis, il claque des doigts.

 

« Ton vœu est exaucé. Salut. »

 

Une seconde plus tard, il disparaît.

 

Il ne reste que la lampe, posée sur le sable. Je la ramasse, j’essaie de la rallumer, elle marche encore. Je la prends, je la serre fort.

 

Et là, seul sur la plage, à la nuit tombée, je me met à rire doucement.

 

« Hé, génie ! Tu n’es pas très fute-fute, je viens de t’extorquer deux vœux de plus ! »

 

Shazaam !!! Il re-apparaît devant moi, l’air furax, en chemise à fleurs, un verre de tequila à la main et des Oakley Magnesium sur le front.

 

« Quoi ? Comment ça ? Qu’est-ce que tu veux dire ? Tu m’as juste parlé d’adoucir son passage éventuel à l’hosto, ils sont où les deux autres vœux ??? Aaargghhhh, espèce de sale tricheur, ça y est, je viens de comprendre !!!! Pour qu’elle devienne un jour une arrière-grand-mère heureuse, il faudra qu’elle ait eu une longue vie pleine de bonheur et qu’en plus elle rencontre le grand amour qu’elle attend depuis toujours !!! Tricheur !!! Je vais te... »

 

Un génie en colère, c’est vraiment effrayant. Et moi, je ne suis pas un héros. J’ai donc choisi ce moment-là pour me réveiller.

 

Aujourd’hui, il fait un temps de cochon au-dessus de l’Espiguette. Ca finira bien par se calmer.

 

En tout cas, ce matin à mon réveil, j’ai retrouvé la lampe du génie près de mon lit. Je te la montrerai la prochaine fois que tu viendras manger chez moi.

 

Tu viendras bientôt ?

 

Charlie

 

 

 

Mina fut absolument enchantée par la lecture de cette histoire. Mieux encore, elle le dit de façon enthousiaste à Charlie quand elle le revit le lendemain matin. Il en resta tout songeur : le premier vœu semblait s’exaucer.

 

La hache de guerre paraissait définitivement enterrée.